Relâchement : les traitements par radiofréquence

Raffermissement de la peau

Bien des personnes, passé la quarantaine, voire un peu plus, malgré une pratique sportive régulière, trouvent leur peau moins tendue, ou bien un peu capitonnée, surtout après une période de sédentarité, (travail assis sans pratique sportive) et ce, sans forcément être victimes d’un surpoids franchement objectivable.

Ceci est souvent dû à des troubles circulatoires sous cutanés, sans pour autant être des varices (parfois associées cependant), tant qu’à des facteurs endocriniens associés (pilule, grossesse, alimentation inappropriée : sucres rapides en excès, manque de fibres, et repas trop rapides pris sans régularité).

En sus des corrections de l’hygiène de vie, les traditionnels massages manuels (palper / rouler) sont d’excellentes indications dans ce cas.

Cependant les technologies telles que la radiofréquence mono ou multi-polaire qui viennent à chauffer (un peu moins de 49° pendant quelques minutes) les tissus sous-cutanés sont, après cinq à six séances, très spectaculaires sur l’aspect de la peau qui perd ainsi sa présentation en « peau d’orange ».

En pratique, au CLDR, on associe la radiofréquence aux ultrasons (moyen complémentaire de mobiliser les tissus et la graisse de niveau plus faible, mais complémentaire) ainsi qu’au palper-rouler mécanique (aspiration-massage), accompagné d’irradiation par LED rouge.

En six à huit séances (une à deux par semaine) de 30 à 40 minutes chacune - des résultats bien concrets - par ailleurs prouvés dans différentes études cliniques et para-cliniques (échographie cutanée : combined infrared light and bipolar radiofrequency for skin tightening in Asians. Yu CS1, Yeung CK, Shek SY, Tse RK, Kono T, Chan HH.-Lasers Surg Med. 2007 Jul;39(6):471-5 / Non-invasive radio frequency for skin tightening and body contouring. -  Weiss RA1.Semin Cutan Med Surg. 2013 Mar;32(1):9-17.)

sont obtenus et très appréciés par les clientes du CLDR.

Il est esssentiel, avant de poser l’indication d’un tel traitement, d’établir un diagnostic médical qualifié car ce ne sont pas les amas graisseux véritables (eux-mêmes objets de liposuccion ou de cryolipolyse) qui sont accessibles à ce traitement mais bien plutôt la peau un peu distendue et les « capitons » qui restent accessibles à la radio-fréquence. De même la peau fortement distendue (après amaigrissement ou vieillissement) ne sera pas accessible à la radiofréquence mais plutôt à la chirurgie (liftings de bras ou de cuisses) ou aux implantations locales de fils tenseurs.