fils tenseurs en médecine esthétique

Fils tenseurs

Les fils tenseurs déjà connus depuis longtemps (fils Russes et fils d’or) connaissent actuellement un regain d’intérêt marqué du fait :

• De l’action très incomplète et trop peu spécifique de l’injection de produits volumateurs (acide hyaluronique) lors de la prise en charge globale du vieillissement du visage.

• Des progrès importants obtenus avec les fils résorbables ces dernières années (fils en acide polylactique et aussi en Polydioxanone) respectivement proposés par des firmes Américaines et Coréennes, et ce, avec des certifications sanitaires très recommandables (FDA et CE pour les premiers, CE médical & KRFDA pour ces derniers).

L’ancienneté des publications Coréennes, et dans une certaine mesure Américaines, incite à nous montrer confiants sur ces méthodes qui apportent à la médecine esthétique la réponse qui manquait au problème posé tant aux patientes demandeuses de résultat sans lifting, qu’à leur médecin  esthétique:

• Comment restructurer un visage (affaissé sous forme de bajoues, ou à tout le moins ayant perdu son ovale), sans recourir au lifting, et ce, en évitant pour une bonne part l’utilisation excessive d’injections volumatrices qui entraine si souvent au bouffissement du bas du visage ?

Ces fils sont en matériaux bio-résorbables (acide polylactique ou PDO) strictement de même nature que les fils résorbables utilisés pour suturer les plaies profondes ou bien les organes (intestins, vaisseaux, etc…) lors d’interventions chirurgicales :

• .Leur devenir est donc connu : résorption lente localement, donnant ensuite place à une trame collagène durable et utile pour continuer de « tenir en place » les tissus remis en position haute : pommettes plus remplies, sillon nasogénien aplati, bajoue lissée, etc.

L’introduction de ces fils est simple : par des micro-perforations de la peau (effectuées après anesthésie locale) le médecin glisse les aiguilles auxquelles sont serties ces fils.

Ces derniers sont ensuite mis en tension (ou plus exactement c’est la peau qui est mise en tension autour d’eux). Tout ceci est rapide et ne prend qu’un quart d’heure environ, dans un environnement simple de type petit bloc opératoire de cabinet médical.

Les suites sont simples et similaires à celles d’injections : très rarement quelques « bleus », et aussi parfois quelques plis cutanés haut situés, qui sont d’ailleurs le résultat d’une sur-correction toujours souhaitée au début.

Le prix ou plus exactement le rapport qualité-prix de ces fils tenseurs, tout comme la durée d’action dans le temps, est maintenant très comparable à celui de traitements faits par produits injectables, alors que le résultat obtenu est souvent bien plus naturel avec ces derniers (parfois en conjonction avec des injections volumatrices que l’on associera dans un deuxième temps).